Box littéraire

07/11/2018

Il n'ait pas besoin d'aller très loin pour trouver un projet plein de sens dans le domaine de la culture. 'Le facteur livre', plus qu'une librairie où l'on est très bien conseillé, un lieu de vie, un co organisateur d'évènements, et bientôt une initiative qui agira comme une AMAP culturelle. Nos deux libraires du Festin Nu, Caro et Nicolas Dupèbe ont imaginé un nouveau système d'abonnement de box littéraire. Plusieurs thématiques et sous thématiques sont possibles, le tout accompagné de conseils, pour nous faire découvrir de nouvelles pépites livrées à nos portes. 

Nous lisons de moins en moins, happés par d'autres activités, par nos écrans, nos réseaux sociaux. Reprendre la lecture apporte cette tranquillité, sérénité, ces connaissances, ce temps pour soi. Comment nous ramener vers des livres de qualité, faire de la littérature une discipline vivante, un sujet d'échanges, une occasion de créer de l'événementiel, de rendre les livres fédérateurs. 

C'est toute la réflexion de Nicolas, en y amenant un twist, celui de détourner les outils des grands de la distribution. La stratégie généreuse consiste à reprendre les solutions de facilité des grandes entreprises, c'est à dire la livraison à nos portes. Mais toute la différence consiste à accompagner ce confort de réflexions, de livres au plus près de vos envies et besoins, de ces pépites que l'on ne trouve pas dans les grandes surfaces. C'est toute à la fois la livraison et un accompagnement personnel, plutôt cool... 

Trois questions à Nicolas... 

Parle nous du Festin nu :

Notre librairie a eu dix ans, et s'est construite sur des choix de lectures. Les livres marketing, ces livres ne durant qu'un mois sur le marché n'ont pas leur place dans notre librairie. La librairie était peu à peu devenue un véritable lieu d'échanges, un lieu créant du lien social. Les centre -villes ont évolué de telle sorte que ce genre d'espace a disparu, au profit d'un lieu aseptisé où les gens ne font que consommer. Malgré nous, notre librairie était presque devenue un tiers lieu. Les gens savent qu'ils vont y trouver des ateliers, des lectures, des rencontres, des concerts. Nous privilégions les ponts entre les disciplines, les partenariats avec les structures locales, le théâtre, l'Atabal, les médiathèques... avec les acteurs locaux. 

Notre librairie sort de ses murs en créant des partenariats, une émulation. Nous en venons à avoir une identité particulière, où les gens oublieraient presque que nous sommes une librairie. C'est un enjeu compliqué. Le risque est là, nous devons garder ce rôle de librairie prépondérant.  L'enjeu est de créer un contact avec le livre, alors que notre société nous amène davantage à passer du temps devant des écrans. Il y a quantité d'études qui avancent combien les gens lisent de moins en moins. Il nous faut trouver tous les moyens pour que les gens reprennent le livre. 


Du coup, 'le facteur livre', c'est quoi ? 

Les outils numériques se rajoutent à notre activité. Il y aura un abonnement, mais aussi du conseil. Nous souhaitons entretenir les relations, créer du lien où les gens grandissent ensemble. Cela est clairement aussi un enjeu économique, de la même façon que nous avions fait le 'book drive', où les clients pouvaient appeler la librairie, réserver leur livre, et être servi dans la rue. Ce genre d'initiatives nous permet de contrer les grandes surfaces et leurs parkings gratuits. 

Cette fois-ci avec 'le facteur livre', le but est aussi de détourner les outils des grands en faveur de l'économie locale. Les gens nous disent que l'e-commerce perdra notre âme. Il est vrai qu'il n'y aura plus le rapport physique. Mais notre rapport à la littérature et aux lecteurs sera identique. Nous gardons l'envie de promouvoir une qualité qui n'est pas mise en valeur ailleurs. Il y a moins de risques en se basant sur cette économie. Aucun besoin d'un approvisionnement comme dans une librairie classique où il faut acheter les livres en amont. Cette économie viendra en complément. 


La différence entre 'le facteur livre' et d'autres sites internet culturel ? 

Les autres sites vont travailler avec des grossistes. Nous, nous, travaillons avec des producteurs locaux. Que ce soit pour acheter du thé ou du chocolat, nous gardons cette démarche. Nous gardons cet ancrage local dans nos box. Nous travaillons toujours avec des producteurs locaux, pour être cohérent avec ce que l'on a envie d'être. De la même façon nous imaginons des partenariats avec des artistes locaux pour nos box. Nous voulons proposer beaucoup de sous-thématiques. Les sites littéraires proposent déjà certains thèmes. Le développement personnel par exemple est un thème récurrent. Nous aurons une thématique qui pourrait se ranger dans cette catégorie, mais nous le ferons sous une autre forme, du 'feel good' mais qui amène de la réflexion