Le citoyen, porteur de projets

06/09/2018


Le citoyen, porteur de projets. Il existe d'immenses challenges devant nous, certains les considèrent comme des opportunités d'agir, de devenir acteurs. 


Il n'y a pas de petite action. Chercher à être utile. Regarder ce qui se passe ailleurs, transposer ces solutions, ces bonnes pratiques sur son territoire. Les actions et initiatives de citoyens se développent partout, elles sont bienvenues, nécessaires et en cours. Des citoyens agissent sur les enjeux qui les concernent, et ce dans tous les domaines. Agriculture urbaine. Circuit courts. Éducation. Énergie. Transports. Ils ont décidé de sortir de la critique, d'agir, d'être des acteurs de leur territoire. Ceux qui se sont engagés dans une dynamique positive ont créé un mouvement. 


Cette révolution douce n'a pas besoin d'un homme ou d'une femme providence. Le politique doit devenir - et c'est un rôle honorable - un facilitateur de projets, à l'écoute des problèmes et des solutions des citoyens. Un nouveau rapport entre le politique et le citoyen est souhaitable. Les deux parties doivent se redéfinir. 


Pour ce qui est de la société civile, on les appelle les faiseurs, les défricheurs, les créatifs culturels, les coopérateurs ludiques, alter-entrepreneurs, entrepreneurs sociaux, les hackers, les groupes de transition... peu importe le terme, il y a cette théorie bienvenue que le changement viendra de l'essaimage d'alternatives locales. Les citoyens se lancent dans des actions, des expérimentations, appuyés ou non par les élus locaux (élu facilitateur de projet). 


L'envie de changer les choses, il en faut. Il en faut même beaucoup. Reste à convertir la colère et l'indignation en une multitude d'actions et d'innovations citoyennes. Faire comprendre que c'est possible, souhaitable, et adulte. Se lancer - être dans le faire.