IDOKI

C'est l'histoire de l'étiquette IDOKI. Elle commence il y a trente ans. Elle défend des valeurs, un savoir faire, le respect de l'humain et de l'environnement, la ferme à taille humaine. De quoi inspirer d'autres territoires.




Comment est né IDOKI ?

IDOKI a été créée en 1989. À l'époque, seulement une trentaine de producteurs fermiers produisaient, transformaient et vendaient leurs produits. De nouvelles normes sanitaires européennes allaient exiger des investissements couteux. Pour beaucoup, cela signifiait l'arrêt de la transformation du produit. Or cette activité est une valeur ajoutée significative pour les petites fermes. Se réunir était un premier niveau de défense dans leur structuration. 

Cette problématique commune les a rapidement amené à travailler sur l'amélioration de la qualité des produits. En 1992, est née la marque collective IDOKI, avec cette volonté de venir en soutien aux petites fermes du Pays Basque, et de définir ce qu'est un produit fermier.


Quelle sont les valeurs de IDOKI ?

La charte IDOKI définit ce qu'est un produit fermier, à taille humaine, en relation avec le consommateur. 93 fermes y adhérent. Un producteur fermier travaille seulement avec la matière première issue de sa ferme ; transforme son produit et le vend. Son nom apparaît sur le produit aux côtés de l'étiquette IDOKI. Nous sommes les seuls en France à définir ce qu'est une ferme à taille humaine. 

Cela se traduit par une interprétation chiffrée des volumes autorisés pour chaque production. Ces plafonds ont été calculés pour ne jamais perdre en qualité, pour aspirer à une vie familiale et personnelle, pour que d'autres puissent vivre de ce métier. Pour IDOKI, être producteur fermier doit être la principale source de revenus, et les producteurs doivent développer des circuits de vente plus rémunérateurs, en circuit court, et ce depuis les années 1990.


En 2016, a été votée l'orientation vers une production sans pesticide ni engrais chimique d'ici 2027. Après un premier diagnostic de chaque ferme, nous réalisons une évaluation tous les trois ans, en exigeant une progression selon un quota de points. Une ferme est libre d'établir ses priorités. Chaque producteur commence par ce qui est le plus facile pour sa ferme. Tous les producteurs arrivent à améliorer leurs pratiques. Un organisme extérieur de contrôle vérifie les étapes prises par nos fermes. Nos cahiers des charges exigent une qualité finie des produits cuisinés plus importante que les entreprises agroalimentaires classiques. Nous privilégeons les races locales, interdisons le confinement des animaux, favorisons la relocalisation des céréales. 

L'association a aussi un autre travail avec tout porteur de projets. Elle va aider le porteur de projets à développer un projet de transformation à la ferme, ou un projet collectif. L'association fait des formations pour apprendre la commercialisation de son produit, et ne va jamais vendre à la place du producteur, mais essayer de donner quelques clés pour transformer cela. Il y a toute une promotion collective pour soutenir les producteurs

Du point de vue du consommateur ?

La démarche d'un point de vue du consommateur est d'utiliser les réseaux où les producteurs sont présents, en vente directe, principalement sur les marchés des différentes villes, ou de soutenir les initiatives collectives des producteurs qui ont un collectif de vente. Le premier stand s'est installé à Saint Jean de Luz à l'intérieur des halles il y a 20 ans. Un autre magasin existe à Hasparren. Un autre collectif réunit plusieurs fermes. Et via un site internet, vous pouvez acheter des produits, avec des livraisons de paniers. Le site internet permet de soit se faire livrer sur des points relais, soit chez soi. Tous ces lieux de vente sont référencés sur idoki.org.