TAKA


Renforcer la capacité d'agir des citoyens ? Trouver des actions concrètes pour aligner son quotidien avec ses idées ? Deux jeunes femmes ont planché sur ces sujets, et ont crée TAKA, des ateliers itinérants au Pays Basque, pour gagner en compétences et augmenter ce qui est de notre ressort. Avec une bonne nouvelle, les ateliers sont ouverts à vos propositions de nouvelles thématiques selon vos talents ! Les participants expérimentent, les intervenants partagent, pendant que les fondatrices de TAKA coordonnent, animent, facilitent. Rencontre de l'une des deux, Anna Trarieux, pour le récit de cette jolie histoire en construction. 


 L'histoire de Taka et son concept... 

 Nous travaillons depuis un an à l'élaboration de Taka, avec Camille, une amie et collègue. La réflexion initiale était de savoir sur quoi nous voulions agir. Nos voyages, nos expériences dans des eco lieux nous ont ouvertes à beaucoup de domaines différents. Nous voulons agir localement. La société actuelle pousse à l'individualisme, à ne pas savoir prendre soin des autres, à manger mal. Nous voulions amener les gens à consommer autrement, prendre soin de soi et de son entourage, redécouvrir son territoire, sa culture locale. 



Nous nous posions la question de ce qui peut nous amener à changer. Pour nous, la réponse est au travers d'expériences, participer concrètement à des moments conviviaux et éthiques. C'est un moyen de se rencontrer en apprenant quelque chose d'utile pour soutenir une société durable et conviviale. Passer par un café associatif aurait fermé la démarche. Proposer ces rendez-vous en un lieu fixe cristallise parfois l'entre-soi. Créer quelque chose d'itinérant permet de rester ouvert, d'apporter différentes thématiques. Notre but premier est de renforcer la capacité d'agir des citoyens. Réaliser quelque chose de très pratico pratique. 

Nous avons rencontré un premier lieu l'open gare à Biarritz. Nous sommes d'abord parties sur des formations basées sur nos savoirs faire à nous que nous pouvons partager. Au travers de nos expériences, je me suis entre autre formée aux massages bien-être et en nutrition ayurvédique, et Camille à l'enseignement du Yoga. Fabriquer des cosmétiques était quelque chose que nous avons pu expérimenter dans notre vie personnelle, ce qui s'est ajouté à l'éventail des formations. Nous avons commencé avec ces quatre ateliers à l'open gare au mois de décembre et c'est là que tout à commencé. 


 Et maintenant ? 

 Aujourd'hui, nous travaillons peu à peu à faire grandir le réseau aussi bien pour les lieux qui peuvent s'ajouter au Martxuka à Saint Jean de Luz, Karaban Art à Cambo-les-bains, Le caviste de beau rivage Opéra Vinalis 64, Day by Day, que pour les intervenants et donc les thématiques des ateliers. Les lieux doivent simplement être des lieux conviviaux traduisant un modèle de société durable et bienveillant. Nous voulons aborder des thématiques importantes, et amener les habitants et leurs savoirs faire à eux. Nous créons les conditions pour que l'intervenant puisse réaliser son atelier. Les gens partent de l'atelier avec les connaissances et un dépliant que nous créons à chaque fois avec ce qu'ils ont vu pendant la séance. Ils repartent avec ça et ont appris quelque chose. Et si tu sais fabriquer tes produits après avoir suivi l'atelier, pourquoi se tourner vers un achat nocif, alors que nous pouvons participer au changement ? De nouveaux intervenants sont venus les deux derniers mois. Les ateliers de communication non violente, de fabrication de produits d'entretien, de cuisine végétarienne sont de nouveaux intervenants. De nouveaux lieux s'inscrivent aussi dans notre programme. 

 Comment soutenir ? 

 En venant aux ateliers, en diffusant aussi. Notre problématique est que pour que cela marche il faut que les gens aient l'information. Avec tout le matraquage publicitaire dont nous sommes l'objet, beaucoup de gens peuvent ne pas avoir l'information. Relayer l'information et si des gens ont des savoir-faire qu'ils viennent les proposer ! Aussi, si certains ont des lieux qu'ils souhaitent ouvrir aux interventions TAKA, ils peuvent nous le faire savoir. Beaucoup de choses peuvent être proposées. C'est de la co création.